Des nouvelles du 19è

Samedi 21 mars 

Salut les amis !

Ces jours de confinement nous rapprochent en famille et nous pouvons passer plus de temps ensemble.

Je vous propose plusieurs activités : tout d’abord vous pouvez jouer à des jeux société, vous pouvez aussi cuisiner en famille, ou bien même fermer les rideaux et regarder un film.

Pour ma famille et moi, ça va.  J’espère que pour vous aussi. Je vous fais plein de bisous et je vous dis à bientôt.   

Neneh-Coumba 


Samedi 21 mars 

Je me suis réveillé à 7h08, c’est très tôt n’est-ce pas ? Puis j’ai pris mon petit déjeuner (céréales pour ce qui veulent savoir).
Ensuite, j’ai fait une partie de mes devoirs jusqu’à midi. 
A midi, j’ai mangé un croque-monsieur (c’était délicieux). 
Puis j’ai eu un cours d’arabe via internet en vidéo. Cela a duré une heure.
Après, j’ai pu faire une bonne sieste bien méritée.
Quand je me suis réveillée, il était 17h.
Ensuite, j’ai mangé du riz à la vapeur et des boulettes de viande pour le dîner.
J’ai regardé un peu la télé et j’ai mangé un Kinder Country.
Enfin, nous avons fait un temps calme et un gros dodo .

Camélia

Le journal des élèves de l’école Mathis

168 heures

Qui pensait que cela allait prendre une telle ampleur ?

Quand je regarde par la fenêtre de ma chambre je m’étonne ! Les rues sont vides (les rayons des supermarché aussi), Paris une métropole pourtant bouillonnante s’est, comme qui dirait, éteinte ! Ça fait près de 168 heures que l’on est enfermé !
Le confinement n’arrêtera pas la pandémie, il peut au moins la ralentir. C’est pour cela qu’il vous faut rester chez vous. Toutefois, il faut pas s’empêcher de vivre ! Vous pouvez prendre le confinement comme une punition ou une opportunité : vous pouvez en profiter pour vous rapprocher de vos proches ou faire des choses que vous n’avez pas l’habitude de faire en temps normal !

Sur ce je vous laisse et vous souhaite bonne santé à vous et à vos proches !
Emma, 12 ans journaliste en herbe

le journal du collège Valmy

La flemme

A vrai dire, hier j’avais un peu la flemme d’écrire. Je fais donc un récit « compacté » de ces deux journées aujourd’hui.

Vendredi, je suis content : juste deux matières à travailler ! EPS et français. En EPS, routine hein, vous connaissez maintenant (sinon, lisez mes précédents articles). En français, je devais commencer à lire Le Horla de Maupassant.
Mes parents ont pourtant encore employé des méthodes pas très « pédagogiques » en se fâchant contre moi : cette fois-ci, c’est parce que je remettais une toile dans son cadre alors que je devais jouer à la Wii avec mon petit frère. Pfff…
Enfin, en ce qui concerne les loisirs, j’ai beaucoup regardé les écrans (comme d’habitude, vous me direz) en visionnant une série et en commençant un film « classique », de Sergio Leone, Il était une fois en Amérique… je l’ai trouvé éreintant.
J’ai complètement oublié ce que j’ai mangé par contre.

Enfin, samedi. Je n’ai fait aucun devoir, et j’ai essayé, avec l’aide de ma mère, de faire un montage Photoshop parodique de Percy Jackson, pas encore terminé.
Je suis aussi sorti faire des courses, par « temps de guerre »: il n’y avait personne.
Le soir, nous avons fini Il était une fois en Amérique, ce film « classique » mais vraiment… incompréhensible.

Camille

Le journal des collégiens de Montgolfier

jamais grand-chose à dire le week-end

Bonjour, ça va… pas ? Comme toujours en fait. Bon, y a pas grand-chose à dire à part qu’hier j’ai remarqué que l’on peut flipper du coronavirus sans en être conscient : avec mes parents, nous jouions au petit bac et, en « V » comme métier, on a trouvé virologue et puis en « C » on a trouvé (toujours en métier) cardiologue – et bien sûr Covid-19 qui n’était dans aucune des catégories du jour.

Et maintenant la journée d’aujourd’hui : ce matin, quand on a commencé à déjeuner (purée de pomme de terre et saumon-blinis), je me suis demandé si ma mère sortait assez parce qu’elle commencé à danser comme une folle sur une musique classique (oui, encore et toujours cette musique classique pendant les repas !!).

Et bien je crois que j’ai terminé. Info : je n’écrirai jamais le dimanche. C’est mon jour de repos. À lundi cher/chers/chère/chères lecteur/lecteurs/lectrice/lectrices.

Nathan (au quotidien et c’est officiel : plus de journal dimanche. Merci à tous !).

Le journal des collégiens de Montgolfier

4è jour (ça devient saoulant)

Bonjour. Ça va toujours pas ? Merci, y en a qui sont du même avis que moi. Bon je ne vous avais presque rien raconté de ce qui s’est passé hier soir. Alors c’est parti !!

20h, comme d’habitude on applaudissait mais avec beaucoup plus de monde et ce fut la soirée la plus drôle de tous les soirs de confinement que j’ai eus : il y avait énormément de gens aux fenêtres qui applaudissaient, j’ai regardé vers le trottoir et j’ai vu un type en train de faire pipi contre un porche. Il a dû penser qu’on l’applaudissait lui !! 😀

Plus tard, vers 21h30, mes parents regardaient un film et grâce à papa j’ai eu une magnifique leçon de cinéma. Il m’a appelé  :  » NATHAN !!!! VIENS VOIR LA FIN !!!!! C’EST TELLEMENT ÉMOUVANT !!!! ». J’ai couru jusqu’au salon (parce que j’étais dans ma chambre) et j’ai vu quelqu’un qui tapait sur… le sol ? Avec une quille de bowling ? Et le plan d’après… un homme mort avec la tête ouverte, une flaque de sang qui s’agrandissait et des bouts de cervelle… DÉGUEU !!

En ce qui concerne la vie de famille, et pour vous parler de notre baccalauréat quotidien, c’est ma mère qui a gagné avec 68 points, puis papa avec 57 points et enfin moi : 31.

Maintenant, ma journée d’aujourd’hui : ce matin, avec mon père, on a fait de l’analyse de texte en français sur Verlaine, un poète prisonnier. Et je me suis dit : « Moi aussi je suis en prison avec ce p***** de coronavirus. Je regarde par la fenêtre et je vois : « Le ciel est par-dessus le toit…« . À la fin de cette séance interminable j’ai soupiré : « Nathan, qu’as-tu fait de ta jeunesse? » (non, je ne suis pas poète c’est des reprises de Verlaine). On a mangé un repas pas super : les dernières pizzas d’un magasin italien. Il y en avait pile 3 et je comprends pourquoi les gens ne les avaient pas prises. Elles étaient franchement, honnêtement… MAUVAISES!!

A demain,

Nathan (au quotidien nul de chez nul de chez nul)

Le journal des collégiens de Montgolfier

journée 3 du confinement, le jeudi 

Salut,

J’espère que tu vas bien et que tu passes de bonnes coronavacances, toi, lecteur. Pour ma part, euhhh, moyennement.

Ma journée d’hier était plus chargée que ma celle d’aujourd’hui, certes, mais elle était plus intéressante.

Petite dédicace à mes parents qui n’ont pas trop posé de questions à propos de mon boulot. En même temps, je n’avais plus beaucoup de devoirs, par le simple fait que tout avait été déjà fait. Il ne me restait que de l’anglais (eh, present perfect et past simple, franchement, vous soûlez les gars), de l’histoire géo (franchement, aborder le sujet de Punta Cana, une île balnéaire peuplée de touristes et complètement ravagée à cause de toutes ces installations d’entreprises privées, en plus du confinement et du Covid-19, on en fait pas un peu trop là ?) et du sport (merci Mr Desplanques pour ces kilos perdus…). Ça va. Pas trop de travail.
Ah oui, j’oubliais de préciser : la dictée par téléphone avec ma grand-mère s’est très bien passée. Là, c’était Le voyage de Charles Baudelaire. Super.

Ensuite question déjeuner, j’ai mangé des pâtes, pesto et ail. Trop bon. Enfin de toute façon si je disais le contraire je serais orphelin. Et au dîner, euh, ah oui, risotto mangé la veille et transformé en gratin, un peu cramé selon moi, mais de toute façon on fait avec tout maintenant.

Parlons maintenant du sujet, tant attendu, mesdames et messieurs, les “LOISIRS” ! (plus couramment appelées “ écrans “ ) : séries, Quotidien au dîner et jeux vidéos étaient de la partie. Montées  et descentes d’escaliers pour se défouler pendant 5 minutes avec mon frères aussi.

Voilà. Voilà toute ma journée écrite en exactement 290 mots et 1710 caractères.

Camillépidemie

Le journal des collégiens de Montgolfier

saleté de virus

Une saleté de virus… C’est à cause d’une chose si minuscule et si puissante que nous sommes tous confinés chez nous et que nous ne sortons que pour nos principaux besoins. Une période difficile pour un grand nombre de personnes. Mais il y en a d’autres qui ont pris ce virus un peu trop à la légère : « C’est une simple grippe!! Et il fait même moins de morts !! ». Mauvaise idée de sous-estimer le Coronavirus ou Covid-19. Il ne faut pas oublier qu’il fait de gros ravages dans certaines régions du monde et aussi en France. Il y a énormément de morts et de personnes en réanimation. Des personnes un peu trop flemmardes ont pris le confinement pour une sorte de période de vacances bienvenue, ce qui n’est évidement pas le cas ! Certains ont même beaucoup plus de travail qu’avant comme les médecins, les infirmières, ou les aides à domicile et bien d’autres…

Ça, c’est mon point de vue. Chacun pense ce qu’il veut. Mais c’est pour parler de mes impressions que j’ai rédigé cet article. Trouver des activités est le problème principal du confinement. Faire ses devoirs est de loin l’activité qui me prend le plus de mon temps, mais une séance de yoga est souvent la bienvenue! Je vous encourage à le pratiquer, le matin ou bien le soir… C’est une activité de détente et de sport également. Si vous souhaitez essayer le yoga, je vous conseille l’application Downdog avec laquelle je pratique presque tous les jours. Une autre de mes principales activités est de m’occuper de mon chat ! Je sais que tout le monde n’a pas un animal de compagnie, mais c’est une chance d’en avoir un parfois avec nous pour que le temps nous semble moins long. D’ailleurs, je suis sûre qu’il est aussi très content d’avoir plus d’attention que d’habitude !

Pourquoi pas écouter des podcasts sur France-Culture ? Il y en a de nombreux déjà disponibles. C’est l’occasion d’écouter des classiques et des histoires en tout genre ! Vous pouvez également aller sur Arte pour regarder des documentaires ou des séries, ou encore sur France-TV. Et je vous rappelle que tous les soirs, à 20h précises, vous pouvez vous poster à votre balcon ou à votre fenêtre pour applaudir les personnels hospitaliers et plus largement tous les soignants ! Voilà LA distraction, on voit ses voisins, et c’est agréable de dire merci de cette manière originale et festive.

Ce « temps mort » du confinement peut aussi servir a pratiquer plus d’activités manuelles comme dessiner, peindre, colorier, coller, découper… mais aussi à lire, faire des jeux de société. Malgré cela, on ne peut pas nier que le temps passé devant les écrans, à s’envoyer des messages, est plus long que d’habitude (en tout cas pour ma part). Contrairement à ce que je pensais, j’ai assez peu l’envie de sortir. Rester en pyjama jusqu’à 11h ne me déplaît pas !

J’arrête ici mon premier article du journal d’une confinée mais je n’hésiterais pas à en refaire un si je ne trouve pas autre chose à faire ! Je vous souhaite un bon long (très long) weekend de deux semaines (minimum) et espère que vous ne vous ennuyez pas trop, que vous allez bien, ainsi que vos proches.

A bientôt,

Élisa

Le journal des collégiens de J. Moulin

le 3è jour

Bonjour tout le monde. Ça va pas ? Oui moi aussi.

Tiens… je n’avais pas dit qu’avant-hier à 20h ma mère arrive en criant : « IL FAUT APPLAUDIR A LA FENÊTRE ». On a ouvert et je regardais mes parents applaudir à tout rompre dans un silence complet. Moi je voulais pas trop, je pensais surtout : « Ah… de bonnes andouillettes ! » (oui, dans le confinement, on peut nourrir quelques idées fixes !).

Mais hier soir, on a recommencé avec plus de succès. Dans la rue Meslay, à d’autres fenêtres, des voisins applaudissaient aussi. Nous applaudissions tous pour le personnel soignant, mais je trouve qu’il faudrait aussi applaudir les magasins d’alimentation. Sans eux, je ne saurais pas quoi manger. Peut-être des lacets à la sauce tomate et de la chaussure au beurre en dessert. Qui sait ? J’ai hâte pour ce soir !!! J’applaudirai à nouveau.

Et, en parlant nourriture : mon père est allé faire des courses à Monoprix avec une liste faite par maman et le seul truc souligné était : yaourts A LA VANILLE. Quand j’ai ouvert le frigo j’en ai vu plein et j’étais content. Jusqu’à ce que j’en prenne un et là j’ai commencé à mourir de rire en lisant : Les deux vaches, brassés NATURE. Vous voyez : ma vie est austère!

Une vie austère sans petit frère pour pouvoir jouer (dédicace à Camille : petit chanceux !!).

Aujourd’hui, 8h45 : je me lève et je prends un petit déjeuner rapide.
10h : on commence le travail avec, comme invités, les maths, la physique et… la physique. Bon euh, on va simplifier : avec, comme invités, le calcul littéral et un contrôle sur la lumière et autres rayonnements.
Et puis, exercices physiques : pompes, altères, squat… bref de quoi vous fatiguer tout le corps (même le cerveau) !!

Nathan (au quotidien le plus nul de l’histoire que l’humanité entière ait pu connaître)

Le journal des collégiens de Montgolfier

le mercredi

Tiens… Ah…

Je me lève à 8h. Ah oui, tiens. C’est drôle ça. Et pourquoi ?
Parce que je dois me doucher et que mon père veut voir les devoirs que j’ai faits hier. Ah oui.

Et j’ai déjà le blues.
Ah oui ? Oui, parce que je sens que (d’après mes parents), 6 à 7h de travail m’attendent. Eh bah, tiens.

Je prends mon petit-dej’. Tiens, tiens… là… je me mets à faire la liste de TOOUUT les DVD de la maison avec ma mère. Pfff…

Et puis je me mets à travailler. Non, vraiment ? On ne s’y attendait pas… 2,3 heures de recherches sur un Internet surpeuplé et de feuilles noircies. Ah, enfin le repos…Toi aussi tu l’attendais, cher(e) lecteur(trice) : un risotto bien mérité avec des personnes pas toujours marrantes mais que je connais bien, mon père, toujours sur son téléphone « pour le boulot » 🤨, ma mère qui réussit à lutter contre mes arguments dénonçant les multiples heures de boulot qu’elle m’impose et mon frère, qui fait ch***, après tout, ne le chercherais-je pas un petit-peu ?

Tiens… Je dois faire une dictée en FaceTime avec ma grand-mère. Pourquoi ? « Parce que, tu sais, ta grande mère a besoin de pouvoir parler à ses personnes, de ne pas sentir trop seule, elle a plus de 70 ans, alors… » Je ne rentrerai pas dans toutes les justifications sur lesquelles se basent les parents, en tout cas pas en détail, sinon je pourrais en écrire 50 tomes ! Bon. Donc dictée (du brevet 2016 attention je vais sauter une classe !), La boue de Maurice Genevoix, si ça vous intéresse. Euh, ensuite ? Tiens, mon prof d’EPS a envoyé des exercices de musculation à faire à la maison. Je vais faire ça, tiens. Wahow. Trente minutes « intenses », jamais fait de sport aussi longtemps.

Puis, exercices, feuilles noircies et rerecherches sur le net. Finalement, je n’aurais bossé que 5h. Yes !
Tiens… dîner, salade de choux rouges si vous voulez tout savoir, applaudissements et cris à la fenêtre pour le personnel hospitalier et pour se défouler, film – drôle (même si je le croyais plus marrant) et… ”dodo”.

Si vous avez tout lu jusqu’au bout vous êtes vraiment forts, merci d’avoir fait cet effort.
Tiens… ça rime.

Camille

Le journal des collégiens de Montgolfier

les premiers jours…

Bon, y a pas grand chose d’intéressant à raconter mais ça peut être marrant :

Mardi, le matin

9h15
lever (normal, avec petit déjeuner de tartines beurre-miel et beurre-confiture),
10h-12h
travail avec mon père (pfff…)
12h30
tablette, jeux, messages, musique… bref l’ennui total,
13h
manger (si ça vous intéresse : pâtes et ratatouille avec musique classique)

L’ après-midi

14h
et bah je commence ce journal de confinement…
14h30
je vais retravailler avec mon père sur une évaluation de maths ratée
16h
même chose qu’à 12h30. Après… je ne vais pas dire la suite parce que ça serait d’un ennui total pour vous. Donc passons directement à 20h15.
20h15
manger (mais je sais pas encore quoi, désolé pour les fans de nourriture. En tout cas, c’est toujours avec de la musique et un peu plus de discussions)
21h30-22h
petit bac. Plus connu sous le nom de: baccalauréat.
22h-22h30
film.

Demain ça sera surement la même chose. Mais si je fais un autre truc je vous tiendrais au courant.

Mercredi

9h05-10h30:
un peu de sport avec mon père : footing de la Place de la République jusqu’au Jardin des Plantes puis le retour Place de la République. Normalement j’aurais du voir plus de voitures que de joggeurs, là c’était l’inverse. Les rues étaient quasiment vides. Météo : ensoleillée. La course s’est bien passée. À part… quand on s’est arrêtés : je sentais comme un bloc carré dans mes mollets !!

Nathan (au quotidien)

Le journal des collégiens de Montgolfier