Queen de la procrastination

Salut à toi cher lecteur de l’autre côté de ton écran,

Cette semaine, emportée non pas par le Covid-19, mais par le confinement lui même, j’ai perdu un proche. Oui… ma logique est morte, je ne la pleure pas puisque maintenant l’expression Ta Gueule C’Est Magique prend tout son sens (de haut en bas en partant de mon genou jusqu’à mon pied☺). Donc ne vous étonnez pas si je tiens des propos incohérents (une certaine personne me fait remarquer que c’est toujours le cas). J’essayerai de me relire.

Voilà pour la prévention, on peut commencer. 

Tout d’abord, cela fait une semaine que je pense écrire cet article et, à ce point, j’ai déjà regardé pas moins de trois clips de Depeche Mode depuis que j’ai commencé à l’écrire. J’ai aussi mis 15 jours à finir de refaire mes exercices de latin (ayant perdu la première copie). Donc oui, je suis une procrastinatrice de première (j’ai par ailleurs mis plusieurs semaines à aller vérifier si ce mot existait bien), doublée d’une vraie bras cassée qui a beaucoup trop tendance à parler.

L’autre jour, on a regardé Thelma & Louise avec mes parents et franchement, j’ai adoré. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, voilà le topo :

Thelma est femme au foyer oppressée par un mari macho et Louise, serveuse dans un petit restaurant. Étant amies, elles décident de partir pour deux jours dans les montagnes, pour décompresser. Le premier soir, elles s’arrêtent dans un club et abusent un peu de l’alcool, ce qui mène Louise aux toilettes et Thelma sur un parking avec un serveur qui… essaie de la violer, ce qu’il aurait fait sans l’intervention de Louise qui, après une discussion musclée, le shoot (tranquille). Thelma lui dit d’aller tout raconter à la police et de plaider la légitime défense mais son amie lui répond que personne ne les croirait et qu’il vaut mieux se rendre au Mexique, sans passer par le Texas parce que… on ne sait pas vraiment pourquoi. Les deux femmes sont donc en cavale, avec un auto-stoppeur à l’arrière de leur voiture. Après avoir passé la nuit avec Thelma, celui-ci vole toutes les économies de Louise et c’est le réel début de la descente aux Enfers des deux amies : elles ont la police aux trousses, pas d’argent, beaucoup trop chaud pour que ce soit réaliste, mais plus d’auto-stoppeur au moins.

Ce film est vraiment génial et la fin est…  …  … il n’y a pas d’adjectif assez puissant pour la décrire.

Cela me fait penser qu’il y a beaucoup trop de gens dans les rues en ce moment. Au début du confinement, ils étaient reclus chez eux, effrayés de sortir et je pouvais chantonner tout mon soul dans la rue, maintenant je ne peux plus. Heureusement, je vous ai trouvé des solutions à ce problème existentiel :

  1. Faites sortir les autres plutôt que vous,
  2. Sortez la nuit, ou le matin ( quoique, les gens n’apprécient pas en général de devoir se coltiner ABBA dès 8h)
  3. Mettez un masque et un nombre incommensurable d’écharpes (certaines personnes mettent un masque car elles sont concernées par la santé d’autrui, moi pour pouvoir exprimer mon grand talent musical, chacun son truc).

Bon, on arrive à la fin de cet article et : j’ai écouté une vingtaine de chansons (dont 3 fois la même, dois-je m’inquiéter ?), regardé 6 clips, fait 8 dessins sur mes jambes (faute de place sur les bras) et quelques tresses (youpi je vais ressembler à Joey Tempest) au lieu d’écrire…

Que les Nargoles soit avec toi, jeune padawan.🖖

Lumos🐈

Le journal des collégiens de Montgolfier

Une réponse sur “Queen de la procrastination”

  1. Vive la procrastination ! ( Honnêtement, je commence à croire que c’est une tare incurable qui ne disparaîtra jamais.) Super article ! ( Euh, mais… à quel moment t’atteins le haut en allant du genoux jusqu’au pieds ?! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *